Retour

Diana Sierre

Description

Le comité de la Diana de Sierre est composé de MM. David Theler Président de Miège, du vice-président Louis Berclaz de Loc, du secrétaire Olivier Frontini de Grône, du trésorier Jean-Charles Duc de Chermignon et de Philippe Briguet de Lens membre.

 

Naissance de la Diana de Sierre - Fondation le 18 janvier 1891 

La première société suisse de chasseurs a été fondée à Genève en 1881 sous la présidence de M. E. Eynard de Genève.

Le braconnage semble avoir été le mode de chasse le plus fréquemment pratiqué. Les chasseurs, décidés à lutter contre ce fléau, instituèrent un système de primes à la délation. Les sociétés de chasse purent dès lors se concentrer sur le repeuplement et la sauvegarde du biotope.

La majorité des chasseurs du district de Sierre et ceux du Haut-Valais se réunissaient souvent pour évoquer des souvenirs, parler des prochaines chasses ou tout simplement se retrouver pour boire un verre.

C’est donc tout naturellement qu’un groupe d’amis créa la Diana de Sierre, le 18 janvier 1891 à l’hôtel de Ville. Ce comité était constitué comme suit : 

président, Michel Zufferey ; secrétaire, Charles de Preux ; membres, Maurice de Preux, Louis Crettaz et Joseph de Preux. A l’automne, la section comptait déjà 28 membres, la finance d’entrée était fixée à cinq francs.

Le 9 janvier 1892, les Dianas de Sierre et Sion envoyaient un délégué en la personne de M. A. Bonvin au comité central de la Diana à Zurich afin de discuter du projet de loi sur la chasse.

Les assemblées révèlent les préoccupations de l’époque, ainsi était-il rappeler aux nouveaux membres de respecter les statuts et l’honneur qui les interdisait de braconner, sous peine d’exclusion. Le droit de laisser des étrangers chasser préoccupa également les disciples de Saint-Hubert.

La chasse était vraiment ouverte à tous. Pas d’examen technique, pas d’examen de tir, le prix du permis n’était qu’une contribution presque symbolique aux finances de l’Etat. Il suffisait de faire un saut chez le receveur du district.

Les assemblées bisannuelles débutaient par la partie administrative et cynégétique à laquelle suivait un bon repas durant lequel étaient narrées de fabuleuses histoires de chasse.

A l’époque, les moyens de communications étaient précaires, aussi était-il fastidieux à bien des chasseurs de « descendre » jusqu’à Sierre pour assister aux assemblées ; c’est ainsi qu’apparaissent quelques petites Dianas locales : Montana-Lens, Grône et Anniviers. Les tentatives de réintégration n’ont pas toutes été couronnées de succès.

 La Diana de Sierre étudia en 1900, la possibilité d’introduire du chevreuil sur le plateau de Crans, sans que nous sachions si cela a pu être réalisé.

En 1969, le vallon de Réchy a bénéficié d’un lâcher de 16 cerfs, il faut rappeler que les cerfs abondaient à l’est et à l’ouest du canton mais désertaient les régions du Centre. Un deuxième lâcher s’effectua dans la même région en 1975 avec le succès que l’on sait.

____________________________________________________________________________________

 Des Nemrod au service du gibier, la Diana de Sierre.

Protéger les automobilistes et le gibier en disposant des réflecteurs sonores en bordure de route.

En Suisse, on dénombre chaque année jusqu’à 20'000 accidents de circulation dans lesquels le gibier est directement impliqué. Selon les statistiques cantonales, le Valais en compte entre 700 et 800. Leur gravité est bien évidemment très variable : de la touchette anodine à la collision mortelle. (Cas d’un automobiliste à Täsch). Selon l’ASA (l’association suisse des assureurs), le coût annuel des dégâts matériels s’élève à 25 millions.

Les membres de la Diana de Sierre, sensibilisés par ces accidents ont donc prospecté et trouvé une solution afin d’éviter ces fâcheuses collisions en installant des réflecteurs sonores.

Ces appareils émettent des ultrasons perceptibles par les animaux et se déclanchent la nuit lorsque les phares d’une voiture s’y  reflètent. Le gibier surpris, marque alors un temps d’arrêt durant lequel le véhicule peut passer en toute sécurité, puis reprend son chemin. Muni de cellules voltaïques, le système se recharge durant la journée. Ceux-ci ont été installés dans deux endroits à fort passage de gibiers, soit Vercorin et Montana. Les coûts de ce système ont été répartis unilatéralement entre la Fédération valaisanne de la chasse et la Diana de Sierre qui espèrent ainsi contribuer à diminuer quelque peu les accidents dus au gibier. 

Contact

David Theler
Route Pirracholatre 15
3972 Miège


027 455 67 04