Retour

Diana Hérens

Description

C'est le 19 mars 1908 que la société des chasseurs du district d'Hérens a été constituée par 15 chasseurs d'Hérémence, Nax, Saint-Martin et Vex. Dans les premiers statuts, les buts de la Diana d'Hérens étaient en autre de développer un  travail en commun et une manière rationnelle du développement du gibier ainsi que la répression des délits de chasse par la nomination de gardes chasses.

Dès 1914, les chasseurs constataient que les gardes-chasse nommés par l’État n'effectuaient pas bien leur travail. Les sociétaires étaient invités à les surveiller et à dénoncer les négligents. Ils décidaient d'octroyer un montant de 600.- pour la constitution d'un fond de repeuplement, de nommer deux nouveau gardes-chasses et de leur allouer un subside de 2.- par journée de travail. Au retour de chaque ronde, un rapport signé par un fonctionnaire accompagnant devait être adressé au comité. ​

Dès 1920, des tensions au sein de la société menaient cette dernière à un placement sous tutelle du Département de l'intérieur jusqu'en 1928.  En 1929, la Diana d'Hérens acceptait l'admission de trois chasseurs sédunois. En 1931, 21 membres de la Diana réorganisée promettaient d'observer fidèlement les statuts. Cependant, de 1936 à 1942, une seule assemblée générale, pourtant obligatoire annuellement selon les statuts, était réunie à Euseigne en 1938.

En 1943, la Diana d'Hérens adhérait à la Fédération Valaisanne des société de Chasse. Dès lors, la Diana recouvrait une certaine sérénité et voyait le nombre de ses membres augmenter. La sauvegarde et le repeuplement du gibier redevenaient un souci constant des présidents et des comités qui se succédèrent. La Diana organise des battues au renard et s'inquiète de certaines maladies du chamois.

En 1956, la Diana obtenait l'autorisation de tirer la marmotte dans le district franc fédéral du Pleureur qui allait être noyé par les eaux du barrage de la Grande-Dixence. Durant cette même année, Louis Pralong, membre de la Diana d'Hérens, était élu au comité de la fédération des sociétés cantonales de chasse. 

En 1957, deux membres étaient exclus de la société pour violation des prescriptions de l'arrêté cantonal sur la chasse et comportent nuisible à l'intérêt des chasseurs. 

Le cinquantenaire de la Diana était célébré le 23 novembre 1958 à Saint-Martin. Invités de marque et chasseurs dégustaient le bouquetin tiré exceptionnellement pour cette occasion. A cette date, le nombre des membres approchait la centaine. 

en 1959, une proposition pour un lâcher de cerfs dans le Val d'Hérens était vivement combattue par le garde principal qui craignait l'importance des dégâts causés par cet animal. Ce n'était que partie remise puisqu'en 1966, les démarches pour l'introduction du cerf étaient entreprises et les premiers lâchers eurent lieu en 1968. En 1970, on pouvait déjà compter une douzaine de spécimens dans la région de Mandelon. A la même époque, une expérience pilote d'élevage de lièvre débutait à Ayent. ​

Sous l'impulsion du comité de la Diana et de son représentant au comité cantonal M. Louis Pralong, des cours pour candidats chasseurs étaient organisés sur le plan cantonal. Ces cours devaient servir de préparation aux examens pour l'obtention du permis de chasse. 

En 1966, la Diana d'Hérens revendiquait la direction de la Fédération valaisanne des sociétés de chasse. C'est ainsi que durant trois ans, dès 1967, les destinées de cette Fédération étaient placées sous la responsabilité de M. Louis Pralong, président, M. Jean Maîstre, secrétaire et M. Alphonse Dayer, caissier. Cet honneur revenait une nouvelle fois à la Diana d'Hérens en 1977 lorsque M. Narcisse Seppey reprennait les rennes de la Fédération cantonale. ​

En 1978, un chasseur de La Luette signalait la présence du lynx dans la région. Cette information, qui passa d'abord pour une boutade, se révéla être une réalité avec laquelle les chasseurs doivent compter. 

L'activité intense de la Diana d'Hérens se poursuivait. En 1984, la société comptait 310 membres, faisant d'elle l'une des plus importante Diana du Valais.

Contact

Jean-René Vuissoz

078 645 30 67